A propos de la prestigieuse chorégraphe...

Léna Blou est depuis sa rencontre avec Jacqueline Cachemire-Thôle, à l’âge de six ans, pétrie par la danse et dévolue à la danse Gwo-ka. Elle découvre le métier de danseuse interprète aux côtés de Jean Nanga et renouvelle cette expérience avec d’autres chorégraphes : Quentin Rouiller, Jean-Jacques Vidal ; des metteurs en scène : Claude Moreau, Gerty Dambury et des musiciens : Luther François, Jacques Marie-Bass, Charly Chomereau-Lamotte.

INSCRIPTION EN BAS DE PAGE

Après des études d’infirmière et forte d’une volonté implacable, elle part à Paris. Elle obtient son D.E.U.G de danse à l’Université Sorbonne – Paris IV et son diplôme d’Interprétation Chorégraphique en Jazz. Parallèlement aux cours théoriques, elle participe à de nombreux stages pratiques toutes techniques confondues tant en Europe, aux États-Unis que dans la Caraïbe. Elle côtoie les plus grands dont Bruce Taylor, Carolyn Carlson, Walter Nicks, Alvin Mac Duffy, Anna Czajun, Jacqueline Fynaert, Dominique Bagouet, Alphonse Thiérou, Carlotta Ikéda, Joe Alégado, Frey Faust, Pascale Couillaud, entre autres…

Ce sont toutes ces expériences diverses et plurielles qui vont nourrir son inspiration et permettre l’éclosion d’un style très personnel, ancré dans le patrimoine traditionnel et populaire de la Guadeloupe : le Gwo-ka et pourtant résolument contemporain.

En 1993, après l’obtention de son diplôme d’État en Jazz et en Contemporain, elle axe davantage son travail sur la création pour définir son écriture chorégraphique.

Elle crée alors en 1995, la Cie Trilogie Lénablou, l’une des références majeures de la création guadeloupéenne.

Toujours en quête de perfectionnement et d’excellence, Lénablou obtient en 2003 le Certificat D’aptitude à enseigner en danse contemporaine où elle défend sa vision pédagogique et chorégraphique basée sur la philosophie du Gwo-ka.

Dès lors, au sein de sa compagnie, à travers son école, par ses recherches, elle manifeste sa détermination à transmettre cette esthétique chorégraphique issue de la tradition caribéenne : la TECHNI’KA.

Son travail fait écho chez de nombreux artistes dont Maurice Béjart qui l’invitera à animer un master-class au Ballet Rudra Béjart de Lausanne ainsi que Jean-Claude Gallotta au Centre Chorégraphique National de Grenoble.

En juin 2006, elle est invitée par le Festival Art à diriger un Workshop à Bogota (Colombie), puis en janvier elle effectue une conférence autour de ses travaux de recherches à la maison du patrimoine à Basse-Terre.

En février, elle continue d’élargir ses champs d’explorations, en croisant les écritures avec la réalisatrice Sylvaine Dampierre pour son documentaire « Le Pays à l’envers » dont la sortie nationale est programmée le 29 avril 2009.

http://lenablou.blogspot.com/2009/09/lena-blou.html

« Les trois couleurs de Lénablou »

Lénablou est à la fois historienne, messagère et nouvelle créatrice de la danse    « Gwo-ka ».

Historienne

car elle a su répertorier et définir toutes les nuances de cette danse des origines.

Messagère

car elle enseigne cette technique avec une passion communicative et une qualité exceptionnelle.

Nouvelle créatrice

car elle a su allier ce qu’elle est, avec ce qu’elle a appris de la danse contemporaine faisant de la danse « Gwo-ka » une technique d’aujourd’hui universelle.

Jean-Claude Gallotta